Duke Ellington :de 1914 à 1939

Duke Ellington est un pianiste, compositeur de jazz, et chef d’orchestre de jazz américain, né le 29 Avril 1899 à Washington et mort le 24 mai 1974 à New York. Pilier de la musique américaine du 20ème siècle, son oeuvre intègre plus de 3000 compositions. Une carrière si longue ne pouvait se résumer en un seul article. Cet article traitera de l’histoire de duke Ellington entre les années 1914 et 1939, illustrée par quelques uns de ses standards.

Duke Ellington

1914 : Soda Fountain Rag : le premier morceau de Duke Ellington

L’été 1914, alors qu’il travaille comme vendeur de boissons, il compose sa première pièce, Soda Fountain Rag. Ne possédant pas encore la maitrise de l’écriture musicale, il compose de mémoire après coup. Pour son professeure, Mrs Clinkscales, c’est une véritable bénédiction, faculté qu’il utilisera tout au long de sa carrière.

Soda Fountain Rag : duke Ellington

1926 : Les premiers concerts au Cotton club

Le jeune artiste et son groupe auditionnent et sont engagés pour jouer au Cotton Club, le cabaret le plus en vogue en matière de jazz à New York. Ils jouent pour la première fois le 4 décembre de la même année. Cela le mène rapidement vers une renommée fulgurante. Il est à la direction de son propre « big band » composé de musiciens tels que le saxophoniste Johnny Hodges et le trompettiste Cootie Williams (photo ci-dessous).

Le Style JUNGLE d’ELLINGTON

Le « Jungle style » ou la « Jungle music » est un style de jazz initié par Duke Ellington au milieu des années 1920 qui évoque une jungle imaginaire où sont confrontés les cris des animaux à ceux des grandes métropoles modernes. Cette façon originale et unique de composer permet à Ellington de mettre en valeur un répertoire où le blues tient une place essentielle (The Mooche, 1928) aux côtés de mélodies subtiles et exotiques (Mood Indigo, 1930).

Le Jungle Style d’ Ellington: The Mooche (1928)


Mood Indigo duke Ellington

1933 : Tournée en Angleterre, et en France

L’année 1933 est l’année de la révélation internationale pour Duke Ellington. Le groupe entame une grande tournée en Angleterre. Les tournées se succèdent et le jazzman apparaît même dans quelques films hollywoodiens comme « Murder at the Vanities ». Désormais, le musicien aux mains d’or compose constamment et enchaine les standards comme par exemple le titre « African flowers ».

Duke Ellington African flowers

Cette même année, Duke Ellington et son orchestre se produisent à la salle Pleyel à PARIS, alors que le jazz est encore méconnu dans la métropole. (ci-dessous l’affiche atypique de l’époque).

Dans le prochain article

L’article suivant traitera de la carrière de Duke Ellington de 1939 à 1945, ou l’on verra que l’arrivée de Billy Strayhorn dans l’entourage de Duke va impacter son style musical, et donner un nouveau virage à sa carrière musicale.

Dans ce prochain article, je vous ferai découvrir par la même occasion, ma reprise de « Take the a train » au trombone.

D’autres articles à consulter :

Blind Test sur l’univers de Walt Disney

Note : 1 sur 5.

Rejoignez 74 autres abonnés

Pour se divertir un petit peu, voici un blind test sur l’univers de Walt Disney. Cinq extraits joués au trombone à coulisse, suivis des réponses en vidéos.

C’est extraits ne sont pas forcément liés aux dessins animés.

A vous de jouer …. N’hésitez pas à partager 🙂

D’autres articles à découvrir :

Lucky Peterson : retour sur la carrière du bluesman

Note : 1 sur 5.

Lucky Peterson

Lundi 18 mai 2020, nous apprenions le décès du bluesman américain Lucky Peterson, à l’âge de 55 ans. A la fois guitariste, organiste et chanteur de Blues, retour sur une fulgurante carrière terminée bien trop tôt. Il se produisait régulièrement en France.

Lucky Peterson inspiré par les plus grands, dès son plus jeune âge

Dès son plus jeune âge, Lucky Peterson est amené à rencontrer de nombreux musiciens, grâce à son père James Peterson, lui même chanteur et guitariste, qui tenait un club de blues, le Governor’s Inn.

Buddy Guy fait partie de ces musiciens qui ont inspiré le musicien et qu’il a rencontré dans le club de son père.

Buddy Guy, place Georges 5, ville de Québec, en 2019

A 5 ans, Il est repéré par Willie Dixon, contrebassiste, chanteur, arrangeur et producteur qui le prend sous son aile, et va l’aider à se faire connaitre. En 1971, il reprend le titre 1, 2, 3, 4, une reprise « revisité » du titre de James Brown « Please, Please, Please ». A 7 ans, en 1972, il réalise une prestation incroyable dans l’émission Young people’s Show, en chantant « Our futur ».

Our futur
Please, Please, Please de James Brown repris par Lucky Peterson sous le nom d ‘1, 2, 3, 4 à l’age de 7 ans.

2014, The son of the Blues Man, l’album où il raconte son enfance

« J’ai une histoire à vous raconter, et la voici / Je suis le fils d’un bluesman / Je joue le blues tous les jours. »

Lucky Peterson – The son of the blues man

Cet album a permis à Lucky Peterson de revenir sur les tout débuts de sa carrière, son enfance, le rôle de son père… un album très personnel qui lui tenait à coeur.

The son of a Blues man, l’histoire de son enfance et de sa carrière

Lucky Peterson et ses concerts en France

Fidèle des scènes françaises, Lucky Peterson aimait se rendre au New Morning à Paris avec son groupe « The Organization ». Il se produisait également régulièrement dans différents festivals comme Jazz in Marciac, ou au CAC à Concarneau. Il devait se produire en mai et Juin 2020 en Mayenne pour la troisième édition du festival atelier Jazz, ou encore pour le festival JAZZ en Comminges, ou en octobre sur Angers. Il considérait ses 50 premières années comme un échauffement musical…mais le destin en a voulu autrement.

Lucky Peterson en Live au New Morning à Paris

Son Live sur le Coronavirus blues

Sur Facebook l’artiste avait réalisé un live le 16 Mars dernier, ou il avait improvisé un Coronavirus Blues en direct sur sa page Facebook :

 « Salut à tous, je suis coincé ici à Paris, France / Le monde est foiré à cause du coronavirus / On dirait que tout le monde a le coronavirus blues. »

Lucky Peterson

D’autres articles à découvrir :

Musiciens confinés:

Note : 1 sur 5.

La suite (et fin) des articles dédiés aux musiciens et artistes confinés : aujourd’hui les artistes en mode confinement. Différentes reprises, et créations dont une initiative normande par les artistes de Katell Event- Kendys .

The Prayer interprété par Céline Dion, Lady Gaga, John Legend et Andrea Bocelli et le pianiste Lang Lang :

A l’occasion du concert « One world : Together At Home », et pour clôturer l’évènement, les artistes ont livré une relecture du morceau « The Prayer ». Une prestation exceptionnelle, dont l’objectif est de récolter un maximum d’argent pour lutter contre le coronavirus et à l’initiative de Lady Gaga.

Et demain ? Le collectif créé pendant le confinement

Plus de 350 personnalités (artistes, sportifs, journalistes…) se sont mobilisés pour porter un titre inédit chanté « à l’unisson ». cette démarche au profit de la fondation hôpitaux de Paris- Hopitaux de France a pour but de collecter des fonds auprès de chacun d’entre nous afin de soutenir et aider toutes ces personnes anonymes qui oeuvrent chaque minute et sans relâche pour nous permettre d’espérer un autre « demain ».

On ira de Jean Jacques Goldman interprété par « Les Zikos » de l’émission n’oubliez pas les paroles :

L’orchestre de N’oubliez pas les paroles, qui accompagne chaque soir les candidats du karaoké de France 2 a pris les devants pour réaliser une vidéo dans laquelle ils se mettent tous en scène, en interprétant le célèbre On ira de Jean-Jacques Goldman. Mis bout à bout, puisque chacun a réalisé sa performance depuis son lieu de confinement, le résultat est aussi réconfortant que bluffant ! Même Nagui, animateur du rendez-vous, est présent dans ce clip.

On ira de Jean Jacques Goldman interprété par les musiciens de l’émission n’oubliez pas les paroles

MOJO interprété par le groupe Deluxe et Mathieu Chedid

Deluxe est un groupe électro-pop français formé en 2007, originaire d’Aix en Provence.

Mathieu Chedid a été l’un des artistes les plus présent pendant ce confinement. Chaque jeudi, il a donné rendez-vous à ses fans sur ses réseaux sociaux.

Les Franglaises interpréte Soigne le monde – cover Mickael Jackson

Les Franglaises, c’est d’abord une bande d’amis qui se sont rencontrés sur les bancs des cours de théâtre au lycée et qui ont décidé de faire d’une passion leur quotidien : la comédie !

Aujourd’hui, le collectif est composé d’une quinzaine de comédiens, chanteurs, musiciens et techniciens du spectacle. Ils sont unis autour de l’envie de créer et partager spectacles et fictions débridés, à la frontière entre les genres (et un goût particulier pour l’absurde…). Le collectif défend également une autre manière de travailler, où chaque membre prend une part active à tout le processus de création et de décision.

On écrit sur les murs interprétés par les artistes de Katell Event – Kendys

Katell event – Kendys est une agence événementielle normande regroupant de multiples possibilités (groupes de musique, DJ, cracheurs de feu, comédiens, danseurs, magiciens, artificiers, photographes, vidantes, associations militaires, service de sécurité, food truck, etc.) .

Ce message d’espoir est une reprise de la musique On écrit sur les murs, version originale de Démis ROUSSOS. Ce titre a été repris par de multiples artistes : Worlds Appart, le Concert des Enfoirés, et en 2015 par les Kids United. En 2016, la chanson s’exporte même au Quebec grâce au groupe RAFFY.

D’autres articles à découvrir :

Musiciens confinés, partie 2/3

Note : 1 sur 5.

Pendant ce confinement, musiciens professionnels et amateurs ont pu s’exprimer quelque soit leur niveau, en réalisant des vidéos de grande qualité. Ce deuxième article sur les musiciens confinés porte sur différents orchestres : la Musique de l’air, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre National de Metz, et pour terminer un orchestre normand : l’Harmonie de Pont-l’Evêque (Calvados) et un choeur normand qui réunit trois chorales: Sélun’air (Pontaubault), Buais Nos Airs (Buais), l’Air du Temps (Avranches).

Flight to Neverland de John Williams interprété par les musiciens de la Musique de l’air

Classée parmi les plus prestigieuses formations musicales des armées, la Musique de l’air est constituée d’une centaine de musiciens. Ces musiciens composent différents types de formations : orchestre d’harmonie, orchestre de cuivres, issu de la batterie fanfare, devenu progressivement un Brass band, ainsi que l’ensemble de jazz, grande formation de type big band, créée en 2005.

Flight to Neverland de John Williams interprété par les musiciens de la Musique de l’air

John Williams est un compositeur, chef d’orchestre et pianiste américain né le 8 février 1932 à New York. Il est principalement connu pour ses musiques de films. On lui doit le renouveau des bandes originales symphoniques avec ce qui reste son œuvre la plus célèbre : la musique de la saga Star Wars ( d’après la légende, il n’aurai pas vu un seul film de la saga). Il est également le compositeur des films E.T., les dents de la mer, Indiana Johns, Jurassic Park, Superman…

Flight to Neverland extrait de la bande original de HOOK

L’apprenti sorcier de Dukas interprété par les musiciens de l’Orchestre National des Pays de la Loire

L’ ONPL joue l’apprenti sorcier de Dukas

Pour écrire son oeuvre, Paul Dukas s’inspire d’une ballade de Goethe qui conte l’aventure d’un jeune sorcier dépassé par la magie qu’il utilise.

Le vieux sorcier n’est plus là
Cette fois il est bien parti !
Cette magie qu’il m’interdisait
Est enfin à ma portée.
Je vais pouvoir essayer
De faire obéir les esprits,
Jeter des sorts, jouer avec les maléfices !
Je vais montrer tout mon art !

Flots ! Flots !
En avant,
Répandez-vous,
Ne vous ménagez pas !
Eau jaillissante du ruisseau
Viens remplir et éclabousser le bassin.

La ballade de Goethe écrite en 1797
Illustration du poème de Goethe L’Apprenti sorcier
par Ernst Barlach, 1924. Frankfurter Goethe Haus

La 5ème Symphonie de Beethoven par l’Orchestre National de Metz

5ème Symphonie de Beethoven par l’Orchestre national de Metz

La 5ème symphonie de Beethoven, dite symphonie du destin, est créée en 1808, alors que Beethoven était frappé de plus en plus par la surdité. Elle est devenue au fil du temps l’une des compositions les plus populaires de la musique classique.

Beethoven conçut cette oeuvre progressivement après beaucoup de recherches et d’essais (pour le seul 1er mouvement il y a eu 14 versions d’ébauches et 3 fins différentes envisagées).

Il semble qu’à sa première audition, la 5e symphonie n’ait pas été appréciée à sa juste valeur en raison de la « médiocrité de son interprétation ». La seconde audition en 1809 fut néanmoins accueilli avec enthousiasme.

Une mélodie cyclique : d’après l’anecdote, à une question posée par Schindler (biographe du compositeur) au sujet de la signification des 4 notes d’ouverture, Beethoven aurait répondu : « ainsi le Destin frappe à la porte » . Ces 4 notes seront ensuite utilisées par la BBC pour annoncer les émissions clandestines (dès le 14 Juillet 1940). Dès que les auditeurs entendent 4 coups de timbales, trois brefs et un long, ils reconnaissent le début de la 5ème de Beethoven, qui peut se traduire en langue morse par la lettre V de Victoire.

How Far I’ll Go interprété par l’orchestre harmonique de Pont l’évêque

« How far I’ll go » est une des musiques présentes dans le film d’animation « Vaiana, la légende du bout du monde », des studios Disney.Une musique lumineuse et pleine d’espoir. En somme, une musique parfaite en cette période si particulière.

extrait du Facebook de l’harmonie de Pont l’évêque
How Far I’ll Go interprété par l’orchestre harmonique de Pont l’évêque

CONFINAIR 2020 par les choeurs du Pays de la Baie du Mont Saint-Michel : Sélun’air (Pontaubault), Buais Nos Airs (Buais), l’Air du Temps (Avranches).

Ce projet veut démontrer que par le chant, un lien reste possible entre des personnes isolées, et qu’on peut même à distance, partager un projet collectif. Les chanteurs volontaires ont d’abord répété chez eux à partir du play-back de la chanson. Ils se sont ensuite filmés individuellement. Parmi eux, les instrumentistes ont été invités à imaginer un accompagnement musical qui a été intégré au projet global. J’ai ensuite collecté l’ensemble des vidéos pour les assembler à la maison, sur mon propre matériel informatique. C’est ce travail d’amateurs, collectif, sans prétention mais plein d’enthousiasme qui est donné à voir et à entendre ici.

Dominique GAYET, chef de choeur, coordinateur du projet.

Le dernier article sur les musiciens confinés traitera de la reprise de titre par des artistes français et internationaux, toujours en mode confinement.

D’autres articles à découvrir :

Musiciens confinés…partie 1 : les Orchestres Nationaux et Normand

En cette période particulière, de nombreux orchestres ont proposés des vidéos en mode confinement. L’idée de cet article est de vous proposer les cinq vidéos qui ont retenus mon attention. Trois vidéos proposées par l’Orchestre nationale de France, l’ Orchestre national d’ Ile de France et l’ Orchestre philharmonique de radio France, et deux vidéos normandes, les musiciens du Pays de Falaise et d’ Hérouville saint clair.

Le Boléro de Ravel par l’Orchestre national de France

« Je n’ai écrit qu’un seul chef d’œuvre dans ma vie, et il n’y a pas de musique dedans » ironisait Ravel à propos de son Bolero. En effet un seul et unique thème traverse la partition.

Le Boléro de Ravel par l’Orchestre National de France

Le boléro de Ravel fait partie des pièces de musique classique les plus jouées. Il occupe la première place du classement mondial des droits versés par la SACEM. Pour la petite histoire Georges Lucas pensa en faire le thème principal de Star Wars.

Les Noces de Figaro par l’Orchestre national d’ Ile de France

Les Noces de Figaro par l’ Orchestre national d’ Ile de France

Les Noces de figaro est un « opéra buffa » en 4 actes de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret en italien de Lorenzo Da Ponte, inspiré de la comédie de Beaumarchais, le mariage de Figaro. Année de création: 1786

Résumé de l’histoire: Près de Séville, au Château Almaviva, à la fin du XVIIIe siècle. Figaro et Suzanne, respectivement valet et camériste du Comte et de la Comtesse Almaviva, préparent leurs noces. Mais leur joie risque d’être ternie par les audaces du Comte, prêt à tout pour séduire la future mariée.

Charlie Chaplin par l’ Orchestre Philharmonique de Radio France

Charlie Chaplin par l’Orchestre Philharmonique de Radio France

Devenu une idole du cinéma muet à partir du milieu des année 1919, et plus particulièrement du burlesque, grâce à son personnage de Charlot, il a ensuite acquis une notoriété et une reconnaissance plus large pour ses performances d’acteur comme pour ses réalisations. Durant sa carrière de 65 ans, il joue plus de 80 films.

Amazing Grace par les musiciens du Pays de Falaise:

Amazing Grace par les musiciens du Pays de Falaise

L’origine de la mélodie, ajoutée dans les année 1900, reste inconnu bien que l’on pense qu’il s’agisse d’un vieil air folklorique américain chanté par les esclaves noirs du sud. Il est devenu l’hymne des défenseurs de la liberté et des droits de l’homme, toutes religions confondues. C’est aussi l’hymne national des indiens Cherokee. En 1972, le Military band of the Royal Scots Dragoon Guard crée la première version jouée à la cornemuse. Elle rencontre un vif succès et reste cinq semaines en tête du Hit parade.

Le Roi Lion par les élèves du conservatoire et de l’harmonie d’ Hérouville Saint Clair

Le Roi Lion par les élèves du conservatoire et de l’harmonie d’ Hérouville Saint Clair

Le fils du roi des animaux vient de naître. Son oncle est jaloux car il aimerait lui aussi régner. Il invente une ruse qui aboutira sur la mort du roi. Le jeune fils, Simba, témoin de la mort de son père, et s’en croyant responsable, va fuir sa horde.

D’autres articles à découvrir :

Manu Dibango, retour sur la carrière internationale de Papygroove

Note : 1 sur 5.

« Une voix s’élève au lointain… C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre Papy Groove, survenue le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans, des suites du covid 19″.

L’annonce du décès de Papagroove comme le surnomme ses fans a été faite sur sa page Facebook officielle. Retour sur la carrière extraordinaire de cette légende musicale, saxophoniste et chanteur camerounais de world jazz.

1949 : Arrivée en France de Manu Dibango

A 16 ans, cet artiste arrive à Marseille afin de poursuivre son cursus scolaire. Pour la petite anecdote, son autobiographie rappelle qu’il est arrivé avec dans son sac 3 kilos de café, denrée rare et chère à cette époque qui lui permettront de payer ses premiers mois de pension.

Il découvre le Jazz, et apprend à jouer de la mandoline, du piano, et découvre le saxophone.

1967, Manu Dibango prend la direction de son premier Big-band

Manu Dibango prend la direction de son premier Big Band; il crée son style musical, novateur et urbain et découvre le Rhythm and blues.

1972: Soul Makossa, le titre de Manu Dibango qui le fait découvrir dans le monde entier :

En 1972, cet artiste reconnu au Cameroun enregistre un hymne pour soutenir son équipe nationale lors de la 8ème édition de la CAN. L’hymne est bien sûr présent sur la face A du 45 tours.

Manu Dibango- Hymne de la huitième Coupe des Nations (Face A du 45 tours)

Cependant, il manque un titre pour la face B du 45 tours… Dibango enregistre alors un morceau s’inspirant d’un rythme du mouvement MAKOSSA, en lui donnant un arrangement soul. Ce titre devient Soul Makossa. Le titre est très vite exporté aux Etats-Unis, et le succès devient international. C’est le début de la « world music ».

Archive INA : Manu Dibango « Soul Makossa » – 1973

1992: sortie de l’album Wakafrika dans le monde entier:

A l’occasion de son soixantième anniversaire, Manu Dibango sort l’album Wakafrika, ou l’Afrique en marche, un projet ambitieux de réunification musicale de l’Afrique, en invitant les plus grands ténors Youssou N’Dour, King Sunny Adé, Salif Keita, Angélique Kidjo, Ray Lema…

1992: sortie de l’album wakafrica

1997: création du festival « Soirs au village »

Créé en 1997, le Festival Soirs au Village est né de la volonté et du désir de Manu Dibango de témoigner sa reconnaissance envers la ville de Saint-Calais qui l’a accueilli en 1949, lorsqu’il arrivait de son Cameroun natal. Au fil du temps le Festival Soirs au Village s’est construit une image et une notoriété que nombre d’artistes cherchent à « épingler » à leur tournée. En 19 années, ce sont plus de 1200 artistes qui sont venus fouler les planches du Festival. Parmi eux Yannick Noah, Pierre Vassiliu, Idir, Souad Massi, Kent, François Hadji Lazaro, Little Bob, No one is innocent, As de Trèfle, Big Mama, Uncommom men from Mars, Burning Heads, Skarface, Guerilla Poubelle, Les T’its Nassels, Les Voleurs de Swing, Frederic Fromet, Flow, Cabadzi, Parabellum, Fumuj, Talco, Muyao Rif, Punish Yourself, Charles de Goal, Brain Damage, Al’Tarba, Andreas & Nicolas, Sidilarsen, City Kay, Vulcain… Devenue événement incontournable des festivités sarthoises et régionales, cette fête de proximité rassemble tous les ans un public de plus en plus nombreux. Sa formule, rester à l’échelle humaine et sans artifice, en est le point fort. Gratuité, convivialité et échanges entre les festivaliers, les artistes et les bénévoles, sont des éléments qui font la force de cet événement. La programmation du Festival Soirs au Village se veut éclectique et couvrir un large public.

Teaser du festival soirs au village 2016

Manu Dibango, en Normandie

L’artiste, avait fait ses débuts dans un petit village de la Manche : Saint-Hilaire-du-Harcouët;

Il aimait le rappeler : « Saint-Hilaire est finalement le lieu où tout a commencé. » D’abord initié au piano, c’est là-bas, lors d’une colonie de vacances, qu’il touchera pour la première fois un saxophone. Une révélation pour celui qui collaborera avec les plus grands de la musique, de Youssou n’Dour à Serge Gainsbourg en passant par Peter Gabriel. 

En décembre 2011 Manu Dibango était sur la scène du Théâtre des Arts de Rouen avec Clémentine Célarié pour participer à la Nuit des Trophées organisée par l’association Débarquement Jeunes en partenariat avec France Télévisions.

Manu Dibango à Rouen pour la Nuit des trophées en 2011

D’autres articles à découvrir :

Composer sur le logiciel Garage band

Note : 1 sur 5.

Une vidéo pour les débutants : Garageband, les bases:

Aujourd’hui, je vous partage une vidéo ou je vous explique comment composer sur le logiciel Garage band.

  • Explication rapide sur les différents outils du logiciel (métronome, tonalité, enregistrement, sélection d’instrument, clavier musical)
  • Pas à pas, je compose une musique simple (couplet, refrain) avec enregistrement des différentes pistes (guitare basse , glockenspiel, percussions, voix masculines)
6 points clés pour débuter la composition sur le logiciel GarageBand

Les 6 points clés de la composition sur le logiciel GarageBand:

  • Trouvez une tonalité (un prochain article vous présentera les différentes tonalités; un peu de solfège est important pour composer).
  • Choisissez vos instruments avant de composer (le logiciel Garage band propose un large éventail d’instrument, et vous n’êtes pas obligé de savoir en jouer, puisque le clavier musical est à votre disposition, tel un synthétiseur. Vous devez choisir un élément de percussion au départ, et une basse. Ensuite, tout est permis.
  • Choisissez un tempo (une vitesse) et une pulsation (binaire ou ternaire): un prochain article expliquera à ceux qui ne le savent pas la différence.
  • Commencez par enregistrer la basse et la percussion qui vous servira de socle à tout le morceau.
  • Essayez de respecter un nombre de mesures identique entre le couplet et le refrain (8 mesures est assez cohérent, mais pas de règles imposées).
  • Si vous souhaitez ensuite ajouter du texte, vous pourrez modifier la tonalité du morceau (pour pouvoir monter ou abaisser la hauteur des notes).

Je suis preneur de vos retours sur ce logiciel, dont je ne cesse de découvrir de multiples possibilités.

D’autres articles à découvrir :

Le voyage à Cythère mis en musique par Tom-B

Voyage à Cythère

Note : 1 sur 5.

Une poésie écrite par Monsieur Antoine Livic mise en musique

Navigant solitaire au gré du vent mauvais,
Vaisseau désemparé dérivant dans la brume
Déchirée par une plainte qui ranime l’amertume,
J’ai vu l’éclat d’un phare surgir d’un nuage épais.

Dans le ciel de ma nuit vous étiez mon étoile,
Je suivais votre cap pour aller jusqu’au port
Chercher auprès de vous chaleur et réconfort.
Nous voguions vers Cythère sans bateau et sans voile.

Ensemble sur cette île où séjournaient les dieux,
Ignorant les caprices du temps et de la vie,
Nous moquant des tempêtes et riant sous la pluie
Nous goûtions les doux fruits de l’Arbre merveilleux.

Dans l’oasis de paix aimant jusqu’à l’ivresse,
Buvant jusqu’à la lie le calice de l’oubli
“Adieu chagrin, tristesse, laideur des jours d’ennui !”
Sans hâte, nous allions vers les soirs de tendresse.

Un seul regard suffit pour partir en voyage.
J’ai cru lire dans vos yeux ces désirs très secrets,
Des rêves inassouvis dans la soif du parfait,
Mais vous êtes passée, vous n’étiez qu’un mirage !

Antoine Livic, Chants d’écume suivi de fleurs fanées, 2017

Chants d’écume d’Antoine Livic

Le voyage à Cythère en musique :

Vous entendrez au départ le rythme d’un tambour, qui s’estompera et laissera place à la mélodie jouée au piano et à une base rythmique « R&B ». A la fin du morceau, reprise de l’accompagnement au tambour, et atténuation de la mélodie pour laisser place au mirage… et à la déception finale.

Ce morceau est emprunté au style de « Grand corps malade »

Voyage à Cythère par Tom-B

Ecoutez d’autres textes de Baudelaire mis en musique ou lus :

Quatre propositions pour découvrir « Un voyage à Cythère » autrement, de Charles BAUDELAIRE. Une première proposition de lecture du groupe « Thalie envolée », et trois musiques toutes complètement différentes, pourtant sur le même thème.

Un Voyage à Cythère, Charles BAUDELAIRE (les fleurs du mal)

Un voyage à Cythère par la troupe Thalie Envolée

Ci-dessous vous pourrez écouter trois propositions relatives au Voyage à Cythère (Vicent Gelos Ten, Sobane Fakhr, Carla Sinisgalli) : quel titre préférez vous parmi ces trois choix ? Pour quelles raisons ?

Un voyage à Cythère par Vicent Gelos Ten
Un voyage à cythère- Eleni Karaindrou
Un voyage à Cythère – Carla Sinisgalli

D’autres articles à découvrir :

Quintet de Trombone par Tom-B : Hallelujah

Note : 1 sur 5.

La reprise d’ hallelujah de Léonard Cohen :

Hallelujah signifie « Rendez louange à Dieu ». C’est une chanson écrite par Léonard Cohen et enregistrée en 1984. Elle a été l’objet de multiples reprises, notamment par Jeff Buckley en 1994.

La version que j’ai décidé de reprendre est un quintet de trombones (initialement un quartet de trombones et un tuba).

La version initiale pleine de tendresse et d’émotion ne se retrouve que sur certains endroits du morceau (avec le thème principalement).

J’ai voulu cette reprise un peu plus « sonore », afin de faire résonner l’ensemble des voix. Le thème se retrouve mélangé aux autres voix, ce qui me semblait intéressant dans cette reprise (les admirateurs de Léonard Cohen s’en trouveront peut-être déçus).

Un Quintet de trombones sonore :

Hallelujah- quintet de trombones enregistré par Tom-B

D’autres reprises de la musique Hallelujah :

Je prendrai l’habitude de vous proposer dans mes articles plusieurs musiques sur le même thème. Pour Hallelujah, bon nombre de reprises, en voici quelques unes, vraiment très différentes. Je vous laisserai m’écrire en commentaire la proposition qui retient votre attention (aucune obligation bien entendu, mais toujours intéressant).

Reprise de Bon Jovi :

Hallelujah reprise de Bon Jovi

Reprise de Tamas Borbely :

Hallelujah reprise de Tamas Borbely

Reprise de Michael J Linn

Hallelujah (Léonard Cohen) reprise de M J Linn

Reprise d’ un quartet de cordes

Hallelujah (Leonard Cohen) quartet de violons par le groupe subito strings

D’autres articles à découvrir :